Introduction

Nous parlions dans un précédent article des effets néfastes du sédentarisme sur la santé et le bien-être. Ces effets s’appliquent aussi bien aux adultes qu’aux enfants.

En effet, les enfants peuvent passer jusque 7 heures par jour devant les écrans, là où 2 heures maximum sont conseillées ! Les effets du sédentarisme et des écrans se cumulent donc chez les enfants. Quelles activités enfant pourraient réussir à les faire bouger et à nouer de vraies relations sociales ? Est-il possible de garder les enfants loin des écrans et de les pousser à se changer les idées ?

Nous répondrons à ces questions fondamentales tout au long de plusieurs articles. Pour l’heure, concentrons-nous sur les bénéfices des jeux de plein air pour les enfants, et leur influence sur leur développement physique, mental, social et intellectuel.

Jeux de plein air et développement physique

Le comportement des adultes d’aujourd’hui est très largement conditionné par les enfants qu’ils étaient. Des enfants actifs et dynamiques sont susceptibles d’évoluer en adultes qui ont une attitude saine et un mode de vie actif. Cette corrélation est très clairement visible chez les adultes qui pratiquent encore à leur âge un sport qu’ils ont découvert à l’enfance.

Mais concrètement, qu’est-ce qu’une activité de plein air apporte aux enfants, en terme de développement physique ?

Des capacités motrices améliorées

Les enfants qui ont l’habitude de jouer dehors ont de meilleures capacités motrices que leurs camarades cloîtrés en intérieur. Et la raison la plus évident est qu’en extérieur, il y a plus de place et moins d’obstacle. C’est donc autant de liberté de mouvement que possible pour courir, faire du vélo, sauter… faire des jeux de balle, escalader des arbres.

De façon aussi naturelle que ludique, les enfants qui jouent en plein air auront de meilleures capacités motrices à tous les niveaux : endurance, agilité, équilibre coordination…

Et qui dit meilleurs capacités motrices dit renforcement des muscles, des os et des articulations. Les enfants qui jouent en plein air sont plus forts que leurs camarades sédentaires.

Un corps en bonne santé

Se lâcher en extérieur, cela brûle beaucoup de calories. C’est ainsi que les enfants qui ont l’habitude de jouer en extérieur sont moins obèses que ceux qui restent en intérieur. C’est à dire qu’ils sont moins susceptibles de contracter du diabète, de l’asthme ou des maladies cardiovasculaires.

L’exposition à l’environnement extérieur est doublement bénéfique sur la santé générale. En plus de limiter les risques de maladies présentées ci-dessus, jouer en extérieur permet de renforcer de 2 façons le système immunitaire des enfants. Dans un premier temps, le système immunitaire s’habitue à lutter efficacement contre toute intrusion extérieure, ce qui le renforce par sa mise en contrainte. Dans un second temps, les rayons du soleil, au contact de la peau, créent de la vitamine D qui va elle-même renforcer le système immunitaire.

Enfin, les jeux de plein air procurent aux enfants atteints de Troubles Déficit de l’Attention / Hyperactivité (TDAH) un exutoire pour leurs trop-pleins d’énergie. Ce qui les aide à garder une bonne santé aussi.

Jeux de plein air et développement mental

Les enfants qui jouent en plein air sollicitent davantage leurs sens que les enfants qui restent en intérieur. De plus, ils sont beaucoup moins limités dans leurs pensées et leurs mouvements que chez eux : pas de vaisselle à casser ni de meuble à renverser. Ce qui n’est pas limité se développe et devient plus fort.

Les enfants qui jouent en extérieur sont donc plus forts mentalement que leurs copains cloisonnés.

Les 5 sens sollicités

Les enfants rivés aux écrans n’utilisent quasiment que 2 de leurs sens sur les 5 et ce, passivement : la vue et l’ouïe. Les plus « actifs » d’entre eux ajouteront le toucher. Ce qui est sûr, c’est que nombre d’entre eux ont un odorat défectueux, pour sûr.

Les enfants qui jouent dehors utilisent en permanence 4 sens sur les 5 : la vue d’un paysage, l’ouïe (bruit environnant), l’odorat (les senteurs de saison) et le toucher (marcher, attraper…). Les plus gourmands, et certains téméraires aussi, font appel au goût : un goûter bien mérité ou la découverte d’une matière inconnue.

Inconsciemment, les enfants qui jouent dehors sont naturellement  habitués à compiler infiniment plus d’informations de leur environnement que ceux qui restent en intérieur. Et ces informations ne seront jamais vraiment les mêmes d’un jour à l’autre. Dans tous les cas, les enfants habitués aux jeux de plein air sont clairement avantagés par rapport aux autres.

Du point de vue de la santé, jouer dehors réduit aussi les risques de myopie.

Les premiers pas vers l’indépendance

Jouer en extérieur est l’un des moyens les plus efficaces, et les plus « soft » pour les enfants de faire leurs premiers pas vers l’indépendance. Sous la garde d’un adulte, ils y puiseront l’audace et le courage d’explorer un monde qui gagne à être découvert.

Et si le niveau de difficulté devient soudainement trop élevé, ils pourront revenir dans le giron de leur gardien. Et recommencer. Et aller plus loin encore, à chaque fois. Et avec les amis qu’il se sera fait, les effets de cette phase de découverte de soi et du monde en seront décuplés.

La confiance en soi, le sens de l’accomplissement, la prise de risques acceptables… sont autant de qualités que l’enfant qui joue en extérieur développera plus intensément qu’un enfant qui ne vit qu’en intérieur. L’enfant qui joue en extérieur, plus habitué à se confronter à des situations diverses et inconnues, aura plus de chances d’être un adulte indépendant et bien intégré.

Jeux de plein air et développement social

Les enfants qui jouent en plein air sont confrontés à un environnement plus varié, plus étendu et plus dynamique que le confort de leur chez-soi. Les rencontres avec d’autres enfants et d’autres adultes que ceux de son foyer fait partie des incontournables des activités de plein air.

Un environnement qui favorise l’ouverture

Nous avons vu que le monde extérieur favorisait le développement physique des enfants. Ils ont plus d’espace et plus de liberté qu’en milieu fermé pour s’amuser. Difficile en effet de courir de tout son saoule à la maison ! Et cette réalité s’applique tout aussi bien au développement social de l’enfant.

En espace fermé ou confiné, l’ambiance est plus « étouffante », plus « compétitive ». Un tel environnement a tendance à intimider les plus jeunes, qui se taisent et qui manquent là l’opportunité de s’ouvrir aux autres.

Le milieu extérieur, au contraire, fournit tout l’espace que l’on souhaite pour bouger et respirer. C’est un environnement qui est plus ouvert au jeu et à la détente. Il devient plus facile de communiquer et d’échanger. Le dialogue entre les parents et leurs enfants est renforcé. Les interactions avec d’autres enfants sont facilitées. Et dans un environnement baigné par la lumière du soleil, qui favorise la joie et la bonne humeur, difficile de ne pas sympathiser !

Le sens du partage et de l’empathie

Quand il joue en extérieur, l’enfant découvre que tout ne lui appartient pas, que tout ne lui est pas dû. Dans un parc avec des jeux de plein air, l’enfant est amené à interagir avec d’autres enfants. Et pour qu’un jeu reste le plus amusant possible, il est nécessaire de travailler en équipe. Cela peut se traduire par savoir attendre son tour dans une attraction, un toboggan.

En se confrontant à d’autres enfants, il est possible de prendre du recul et de réaliser très vite que tout le monde ne dispose pas des mêmes ressources matérielles. Ainsi, en jouant en extérieur, des enfants de différentes classes sociales sont amenés à se côtoyer, voire à sympathiser. Et cette sympathie peut inciter les enfants plus aisés à partager ce qu’ils ont avec leurs camarades qui possèdent moins qu’eux. Ce qui permet à un noble sentiment de s’exprimer, et donc de se développer : l’empathie. Se mettre à la place des autres. Un objet aussi simple qu’un ballon de football peut suffire.

Sensibilisation à la cause environnementale

Une étude publiée aux Editions de l’Université de Cambridge démontre que 87 % des personnes qui ont passé du temps en plein air durant leur enfance conservent un certain amour de la nature à l’âge adulte.

Se confronter à l’environnement extérieur signifie apprendre à le connaître. Ils ont vu, senti, touché, écouté voire goûté eux-mêmes avec tous leurs sens les plantes et les animaux qu’ils ont rencontré. Ils ont cueilli des fleurs, ils ont vu d’où vient le miel. Ils ont grimpé aux arbres, certains sont plus faciles que d’autres. Certains ont vu des écureuils, d’autres ont vu des éperviers. Mais tous ont au moins apprécié un magnifique coucher de soleil.

L’affection et l’attachement pour les souvenirs d’enfance favorisent la volonté des adultes de préserver des espaces naturels dont ils apprécient la valeur… et donc la fragilité.

Jeux de plein air et développement intellectuel

L’école sur la vie

Ce n’est pas seulement en salle de classe qu’un enfant est susceptible de développer son intellect. En classe, les enfants apprennent un savoir précis et compartimenté. En extérieur, comme mentionné précédemment, l’enfant est plus libre à tous les niveaux. De plus, il prend plus spontanément plaisir à ce qu’il fait.

Pour un même niveau d’étude, là où un jeune élève apprendra à additionner 2 chiffres entre eux, l’enfant qui joue en extérieur sera confronté à la mécanique des fluides (l’eau et le vent), à la propagation des ondes sonores (l’écho)… ou même aux fractales (ramification des branches, forme d’un coquillage…) !

Plus « terre à terre », un enfant qui joue à des jeux où compter est indispensables apprendra bien plus vite que s’il doit réviser pour la classe du lendemain Compter les points pour décider équitablement d’un vainqueur, compter jusque 100 pour jouer à cache-cache… sont autant de possibilités d’apprendre en s’amusant, en plein air.

Et le savoir que l’enfant peut apprendre en interagissant avec le milieu extérieur ne se cantonne pas aux seules sciences. Et surtout, l’apprentissage en extérieur se fait souvent dans une bonne ambiance. Ce qui en facilite le souvenir.

Créativité et capacités cognitives

Certes, il est possible pour les enfants d’être créatifs chez eux. Avec leurs jouets préférés en vedette, les enfants sont tout à fait capables de se créer tout un univers, avec ses héros et ses légendes. Ce qui peut les maintenir occupés de longues heures, tout en développant leurs capacités cognitives.

Mais en extérieur, cet effet est d’autant décuplé. Car ce n’est pas un seul, mais plusieurs univers qu’ils peuvent créer conjointement avec d’autres enfants avec qui ils s’amusent. Sachant que des études démontrent le lien effectif qui existe entre créativité et capacités cognitives, jouer en extérieur se révèle donc bénéfique pour l’enfant.

Gestion de projets, résolution de problèmes et autonomie

Une fois que l’on a rejoint un groupe de copains / copines, il devient nécessaire de s’organiser un minimum pour entretenir le plus longtemps possible la bonne ambiance qui règne !

Le simple fait de se retrouver ensemble, c’est déjà toute une organisation. Il faut combiner les disponibilités de chacun, parents inclus dans un premier temps, pour planifier une nouvelle rencontre. Si nécessaire, un peu de résolution de problème permet de proposer le meilleur consensus qui soit pour tous. Qui dit consensus accepté par tous, signifie le respect des mêmes règles pour tous, de façon équitable. Et enfin, pour s’organiser de la sorte, rien de tel que la capacité à communiquer de façon compréhensible pour tous. Ce qui signifie l’utilisation de règles et d’outils communs.

Voilà de quoi vous faire apprécier encore plus, je l’espère, la valeur et l’importance des petites choses 🙂

Conclusion

Nous avons listé un certain nombre d’effets bénéfiques des jeux en extérieur. Bien entendu, certaines nuances sont à considérer. Il arrive que l’intégration avec les autres enfants ne se passe pas aussi bien que prévu. Ce qui peut se gérer en habituant très tôt l’enfant à sortir.

De plus, nous parlons bien d’effets bénéfiques, sans prétendre à quoi que ce soit d’autres. Nous n’allons pas prétendre que les jeux en extérieur se suffisent à eux-mêmes. Il est nécessaire de combiner harmonieusement les activités en intérieur avec les activités extérieurs pour un développement optimal.

Enfin, dans un prochain article, nous présenterons comment convaincre les enfants de sortir plus souvent dehors. Bien évidemment, ce sera l’occasion de mettre l’accent sur notre produit star : la Flynova Pro ! A très bientôt.

close

Attendez un peu avant de partir !

Envoyez-nous un petit mail pour nous dire comment vous satisfaire au mieux : services, produits, logistique...

N'hésitez surtout pas ! 😘

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.