Introduction : qu’est-ce que la sédentarité moderne ?

La sédentarité, ce n’est pas juste « ne rien faire ». Cela se traduit par rester assis ou allongé pendant plusieurs heures de suite et ce, d’un jour à l’autre. La dépense d’énergie physique y est donc minimale. Les activités qui favorisent la sédentarité sont évidemment liées au mode de vie moderne : passer des heures devant les écrans, devant la télé ou la console. Prendre la voiture ou les transports en commun au lieu de marcher… ou parfois, aussi, se contenter de lire un livre. Et cela peut se produire à la maison comme au travail !

La sédentarité est un fléau silencieux qui pose une menace certaine et souvent sous-estimée sur notre santé. Est-ce parce que ce n’est pas aussi spectaculaire qu’un crash d’avion ou une attaque de requin ?

Le fait est, la sédentarité est responsable de plus de 7% de tous les décès qui se produisent chaque année à échelle mondiale, selon Futura science. Ce qui représente 4 millions de morts par an. Et pour l’anecdote il y a eu 124 attaques de requin répertoriées contre l’Homme en 2016, pour 8 décès selon Planetoscope. Mais plus sérieusement, la sédentarité touche plus de personne que le tabagisme. C’est un problème très marqué de santé publique.

Les effets de la sédentarité

Sédentarité physique

Passer plus de 7 heures par jour en restant assis et/ou allongé s’apparente à de la sédentarité. Or les 11-17 ans passent près de 4 heures en moyenne par jour devant les écrans et les adultes qui travaillent sur ordinateur passeraient près de la moitié de leur temps éveillé !

La sédentarité augmente de façon drastique les risques d’un certain nombre de maladies graves, comme les maladies cardio-vasculaires (hypertension artérielle, AVC, infarctus…), l’obésité, le diabète de type 2 et même certains cancers ! Mais ce n’est pas tout.

Le risque d’attraper de telles maladies est accru. Mais la sédentarité va aussi augmenter le risque de mortalité une fois malade. Cette augmentation moyenne de la mortalité est de 50%. Pour les maladies cardio-vasculaires, cela peut monter jusque 90 % pour certains !

Même des sportifs réguliers peuvent être considérés inactifs, du point de vue physiologique, s’ils pratiquent la sédentarité. Certes, les risques de maladies seront moindres. Mais ils seront toujours plus élevés que pour une personne considérée active physiologiquement.

Conséquences de la sédentarité physique

Sédentarité cognitive

La sédentarité, combinée à l’inactivité, ont des conséquences sur notre cerveau  mais aussi sur notre mental. Cela se traduit, dans le « meilleur » des cas, par des des risques accrus d’anxiété et de dépression.

Mais certaines études australiennes vont souligner que la sédentarité va dérégler les taux de glucose dans l’organisme de manière répétée. Les cellules du cerveau auront, tour à tour, soit trop de glucose, soit pas assez. Dans le premier cas, cela se traduit par un risque d’endommager les neurones. Dans le second cas, cela favorise la mort programmée de ces mêmes neurones. En conséquent, nous avons une diminution des capacités cognitives.

L’ensemble des performances intellectuelles en ressortent affectées : comportement, réflexion, mémorisation et apprentissage.

Lutter contre les effets de la sédentarité

Faire bouger les muscles

Nous disions précédemment que même des sportifs réguliers peuvent être considérés sédentaires, dès l’instant qu’ils sont figés au moins 7 heures par jour, si ce n’est plus. Faire du sport diminue effectivement les risques de contracter des maladies cardio-vasculaires. Cela diminue aussi le taux de mortalité de telles maladies. Mais ce n’est pas complètement suffisant pour lutter contre les effets de la sédentarité.

La première chose à faire est de réduire tout simplement le temps où nous restons sédentaires. Ce qui signifie très souvent le fait de réduire notre temps passé devant les écrans.

Il est tout aussi possible de faire des pauses régulières pour y pratiquer une quelconque activité qui soulagerait à la fois le corps et l’esprit. Quelques étirements, le simple fait de marcher un peu. Au travail, cela pourrait se traduire par le fait d’aller dans le bureau de ses collègues pour leur transmettre un message, au lieu d’écrire un émail. Simplement se lever et marcher pendant que l’on est au téléphone peut aussi fonctionner.

Solliciter le cerveau

Patrick Fissler, chercheur en neurologie à l’Université d’Ulm (Allemagne) a publié dans la revue « Frontiers in Aging Neurosciences«  que les puzzles activaient et développaient significativement un total de 8 fonctions cognitives simultanées. Ces 8 fonctions peuvent se regrouper en plusieurs grandes catégories : la perception de l’environnement, la mémorisation et la capacité d’interaction (motricité, analyse, adaptabilité et rapidité).

Et les bénéfices sont au rendez-vous. Nous venons de voir que les puzzles améliorent nombre de compétences cérébrales. Ils permettent aussi d’atteindre le bien-être de plusieurs façons. La seule concentration nécessaire à la réalisation d’un puzzle est si puissante… que cela aide l’esprit à se détendre, à l’image de la méditation. Ce serait comparable à la libération d’endorphines après une pratique physique soutenue. Et la complétion d’un puzzle apporte un sentiment de bien-être et d’accomplissement qui sont proportionnels à la complexité dudit puzzle. Ces sensations sont particulièrement bénéfiques pour la santé mentale et permettent de lutter, à tout âge, contre la « sédentarité cognitive ». Bon à savoir, surtout en période de confinement.

Et le Dr Fissler de conclure qu’il est important de varier les activités de nature intellectuelles et sportives, pour ne pas faire travailler exactement les mêmes zones de notre cerveau en continu. Disons qu’un bon plombier n’est pas nécessairement un bon électricien. Bien que relevant du domaine de la technicité, ces deux corps de métier sont complètement distincts l’un de l’autre. Comparativement, c’est ainsi qu’il est nécessaire de varier les loisirs.

Sachant cela, vous comprendrez que chez Jeux-et-Jouets.shop, nous ne choisissons pas nos articles au hasard. Notre slogan « S’amuser, Partager, Progresser » démontre que nous avons l’ambition de vous inciter à cultiver le meilleur de vous-mêmes, à la fois pour votre plaisir ou pour votre bien-être… tout en vous amusant !

En vidéo, les propos du Docteur Fissler : 

La solution Jeux et Jouets – Shop : la Flynova Pro™ (et nos autres produits) !

Pourquoi avons-nous pris le temps d’écrire un article aussi long ? Pour faire, au final, notre propre promotion évidemment ! 😀

Mais aussi pour vous convaincre que les produits que nous proposons ne sont pas de simples gadgets ni de simples joujoux. Nous vous les présentons car ils valident notre stratégie globale qui vise l’épanouissement et le bien-être de nos clients.

Chez Jeux et Jouets – Shop, nous avons une solution toute trouvée, qui vous aide à lutter contre la sédentarité et ses effets désastreux sur la sante. Nous proposons à la vente un produit qui vous aidera à solliciter à la fois le corps et l’esprit. Vous l’avez probablement deviné, ce produit, c’est la Flynova Pro.

Grâce à la Flynova Pro™, vous pourrez prendre un break doublement bénéfique. Vous serez amenés à défier vos capacités motrices et cognitives. Et en plus, vous pourrez le faire à votre rythme et même en invitant d’autres personnes autour de vous.

D’autant que la durée de vie maximale de la batterie de notre gadget high-tech préféré est de 30 minutes. 30 minutes, comme la durée conseillée pour pratiquer une activité physique au quotidien. Coïncidence ou coup de maître ?

Dans tous las cas, n’attendez plus, et achetez votre Flynova Pro™ maintenant !

close

Attendez un peu avant de partir !

Envoyez-nous un petit mail pour nous dire comment vous satisfaire au mieux : services, produits, logistique...

N'hésitez surtout pas ! 😘

Nous promettons de ne jamais vous envoyer de messages indésirables ! Jetez un œil à notre Politique de confidentialité pour plus d’informations.